Le 18 décembre, en grève. Nous devons continuer le combat !

mardi 11 décembre 2007
par  DERCOURT ALAIN
popularité : 12%

CGT
– SNU – FO – SUD
de
l’ANPE



 

Le 18 décembre, en grève.

Nous
devons continuer le combat !


 

Le 27
novembre,


 

32%
des agents ont répondu présents à l’appel à la grève lancé par <st1:PersonName
ProductID="la CGT" w:st="on">
la CGT
, FO, SUD et le SNU. Au total, le taux de grévistes atteint et dépasse
les 35% dans dix régions.


En
Bretagne, Midi-Pyrénées, Pays de Loire, w:st="on">
la Réunion

nous étions à 50% et plus !


 

Aujourd’hui…


 

La journée du 27 novembre a mis en évidence la nécessité
de discuter entre collègues, de répondre point par point aux 
propos « rassurants » et mensongers de
la Direction Générale

(largement aidée par certaines organisations syndicales).


 

Il faut
continuer le combat que nous avons commencé :


 

Parce
que la fusion ANPE/UNEDIC est encore au stade de l’avant-projet.


 

Parce
que le projet définitif devrait être présenté le 6 décembre au Conseil des
Ministres, pour débat parlementaire à partir du 8 Janvier 2008.


 

Parce
que dire « NON » au projet
Lagarde
, et quoi qu’il arrive demain, c’est déjà signifier au
gouvernement : « nous ne nous
laisserons pas faire ! 
 »


 

Parce
que tant que la loi n’est pas votée,
nous devons continuer à combattre ce projet !


 

Parce que…



 

Les
agents de l’ANPE ont beaucoup à perdre


 

La fusion entraînera
automatiquement des réductions de postes

(c’est cela, la chasse
aux doublons
) et des mobilités professionnelles et géographiques
contraintes
pour les personnels. Nous refusons
d’abandonner nos missions
de conseil et d’aide aux usagers pour celles
de contrôle et de liquidation. Déjà aujourd’hui, par le biais des Guichets
Uniques qui se mettent en place, des ALE et des antennes ASSEDIC disparaissent.


 

En tant qu’agents publics
travaillant dans un Etablissement public d’Etat, nous bénéficions d’un
certain nombre de garanties que nous risquons de :


 

PERDRE le droit à être défendus
en commission paritaire
,
que ce soit pour les mutations ou lors de poursuites disciplinaires. Dans le
privé et aux ASSEDIC, toutes les mutations se « négocient » de gré
à gré.


 

PERDRE le droit au temps
partiel bien plus protecteur que dans le privé

(le meilleur exemple est le temps partiel pour raisons familiales, qui ne
peut être refusé par
la Direction

, avec le choix de la quotité de temps de travail).


 

PERDRE les dispositifs de rémunération
spécifiques :
supplément
familial, indemnité de résidence, prime ZUS, majorations outre-mer.


 

PERDRE le droit de refuser un
ordre qui constituerait un trouble à l’ordre public

- ce qui confère à l’agent public une « indépendance » vis-à-vis
des groupes d’intérêts privés, des employeurs, des notables locaux, voire
de sa hiérarchie directe !


 

PERDRE le droit à être
reclassés dans d’autres établissements publics
ou
à défaut au sein d’autres organismes liés à l’Agence par convention en
cas de licenciement collectif. Si nous estimons cette protection insuffisante
aujourd’hui, ce sera pire avec une convention collective qui ne prévoira rien
de ce genre. Toutes les fusions se sont soldées à terme par des réductions
d’effectifs (exemple : les « job centres plus » en Grande
Bretagne)


 

PERDRE le régime de retraite
complémentaire IRCANTEC, plus avantageux que l’Arrco ;
même
les agents qui n’opteront pas pour la nouvelle convention collective et qui
voudront rester agents publics seront sortis de l’IRCANTEC à partir du moment
où le futur organisme sera reconnu de nature privée.


 

PERDRE le droit au congé
pour convenance personnelle
(trois
ans renouvelables) bien plus avantageux que le congé sans solde actuellement en
vigueur aux ASSEDIC (d’une durée maximale d’un an par agent, au cours de sa
carrière) ou que le congé sabbatique (de 6 à 11 mois).


 

PERDRE la référence à la
notion de résidence administrative
(que ce soit pour
l’affectation, pour les frais de déplacement, pour les mutations). Aux
ASSEDIC, les contrats comportent maintenant des clauses de mobilité.


 

PERDRE le droit de nous présenter
à des concours internes de w:st="on">
la Fonction

publique.


 

Cette liste n’est pas
exhaustive !

Alors…


 

Non ! Echanger
un statut public contre une convention collective n’est pas une « bonne
chose » !
Nous
sommes bien placés en recevant tous les jours des salariés victimes de
restructurations, pour constater les compressions de personnels, la remise en
cause constante des conventions collectives, les licenciements individuels.


 

Non !
Les « fabuleuses perspectives d’augmentation de salaire » que
laisse envisager
la Direction

risquent d’en décevoir plus d’un
 ! D’abord, la
convention collective actuelle du Régime d’Assurance Chômage (RAC) est DENONCEE.
Toute la grille conventionnelle sera revue. Ensuite, ne doutons pas de la
capacité de notre future Direction à concocter des « systèmes de
reclassification » économiques pour
eux.
Enfin, croyez-vous que dans une période de restriction
drastique des dépenses publiques,
le gouvernement a l’intention de tirer
« vers le haut » ?

La
soi-disant manne financière pour augmenter nos salaires est un faux argument
pour nous dissuader de combattre la fusion, Oui, il faut augmenter les salaires,
mais pas au prix de la casse de notre statut d’agent public.

Oui à une revalorisation immédiate de la grille indiciaire.

Oui au maintien de l’ANPE, pour un vrai service public.

Oui à un statut d’agent public protecteur pour les agents et les
usagers.


 

Nous ne gagnerons rien sans montrer la force de
notre détermination !


 

Toutes et tous en grève le 18 décembre 2007 pour exiger le
retrait du « projet Lagarde »


 

Paris, le 4 décembre 2007


ci dessous le tract à imprimer


Documents joints

tract à imprimer

Contact

Section Départementale du Pas de Calais de la Fédération Syndicale Unitaire
FSU 62


Maison des sociétés

16 rue Aristide Briand

62 000 Arras


Tél-Fax : 03.21.71.14.89
Mél : fsu62@fsu.fr

Secrétaire départementale : Catherine Piecuch

contact presse FSU 62 : 06.63.10.79.13
mél : fsu62@fsu.fr ou fsu62@wanadoo.fr

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois