GREVE LE JEUDI 24 NOVEMBRE

à l’appel de FNEC-FP-FO, FSU (SNES, SNEP, SNUIPP, SNUEP), SNETAA-EIL,
mardi 22 novembre 2005
popularité : 16%

Après le 4 octobre et la réussite de la mobilisation, la poursuite de l’action est indispensable dans le secteur de l’éducation. Le ministre persiste dans sa volonté d’imposer la loi Fillon sur l’école et ses décrets d’application malgré l’opposition des organisations représentatives de la communauté éducative. Le budget annoncé pour 2006 qui entraînerait de nouvelles suppressions d’emplois dans l’académie à la rentrée, accentue la fragilisation du système éducatif dans l’académie, alors que la situation sociale dans les quartiers populaires prouve au contraire la nécessité de renforcer les services publics.

Pour l’abrogation de la loi Fillon et une autre politique éducative

Pour des objectifs ambitieux garantis par une loi de programmation budgétaire.
Pour une vraie relance de l’éducation prioritaire et l’abandon des logiques de tri social. Le retrait du projet Villepin sur l’apprentissage, ce qui signifierait la fin de l’obligation obligatoire jusqu’à 16 ans et rabaisserait l’âge légal d’entrée sur le marché du travail à 14 ans.
Pour le respect de nos statuts, métiers et qualifications, sans renforcement des hiérarchies locales.
Pour le retrait du décret remplacement de Robien et de vraies solutions pour les remplacements de longue et de courte durées, notamment par la création de postes de titulaires remplaçants.

Pour d’autres choix budgétaires

Pour l’augmentation immédiate du nombre de places aux concours, une politique de recrutements programmés dans le temps, prenant en compte les départs à la retraite et l’amélioration sensible des taux d’encadrement.
Dans le primaire, les créations ne sont pas à la hauteur de l’accroissement démographique, notamment pour la scolarisation des deux ans.
Dans le secondaire, les 2500 suppressions de postes en 6 ans ont contribué à la dégradation des conditions d’enseignement pour les personnels et des conditions d’étude pour les élèves.
Pour le réemploi des non-titulaires au chômage par centaines en cette rentrée.
Pour le retour au recrutement des maîtres d’internat et surveillants d’externat et l’abandon du recours aux multiples emplois dits « aidés » qui accentuent la précarité, se substituent aux emplois réels et ne permettent aucune perspective d’avenir sérieux.

Pour la défense et le développement de l’emploi public et du service public d’Etat

L’amélioration des carrières des personnels (mouvement, formation continue, promotions d’échelon)
Pour le rattrapage du pouvoir d’achat.
La reconnaissance des qualifications.
Le rattrapage du pouvoir d’achat des pensions de retraites.
La défense et l’amélioration des garanties statutaires.
Le refus du transfert des TOS

Pour le maintien intégral de l’enseignement professionnel public de l’Education nationale.

MANIFESTATION REGIONALE A LILLE,
14 H 30 Place de la République


Contact

Section Départementale du Pas de Calais de la Fédération Syndicale Unitaire
FSU 62


Maison des sociétés

16 rue Aristide Briand

62 000 Arras


Tél-Fax : 03.21.71.14.89
Mél : fsu62@fsu.fr

Secrétaire départementale : Catherine Piecuch

contact presse FSU 62 : 06.63.10.79.13
mél : fsu62@fsu.fr ou fsu62@wanadoo.fr

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois